Le Pays à Plat


Avec la mer du nord pour dernier terrain vague
Et des vagues de bière pour dérider les blagues
Et de brillants monarques que la vérité dépasse
Et qui ont à jamais le Zwin à marée basse
Avec infiniment de doutes à venir
Avec le vent de l’est, écoutez-le frémir
Le pays à plat qui est le mien

Avec des macralles pour unique montagne
Et des carnavals comme mats de cocagne
Ou les diables rouges décrochent des nuages
Avec Manneken Pis comme unique voyage
Et des Ravel de pluies pour unique odyssée
Avec le vent d’ouest écoutez-le plier
Le pays à plat qui est le mien

Avec une guindaille qui descendrait l’Escaut
Avec Frida Oum Papa qui reprend ses marmots
Quand les fils d’Adamo se saoulent à la Chimay
Quand la Semois est fumante et rêve de Paraguay
Quand le vent est au fric, quand le vent est au blé
Quand le vent est au sud, écoutez-le payer
La pays à plat qui est le mien

Avec un ciel si gras qu’une trémie s’est perdue
Avec un ciel si bas qu’il fait l’humidité
Avec un ciel si gris qu’un gille s’est pendu
Avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner
Avec le vent du nord qui s’en vient rouspéter
Avec le vent du nord écoutez-le chialer
Le pays à plat qui est le mien

Avec de la musique à chaque carrefour
Des accordéonistes au lieu de grands discours
Quand une drache de péquet nous donnera la force
De chanter ensemble de Virton jusqu'à Knokke
Et si de temps en temps on crie on s’enguirlande
Ça n’empêche pas vraiment de faire l’amour ensemble
Le pays à plat qu’est p’être pas l’mien