Le pélican (le pélican)

Aime tant les enfants

Le pélican (le pélican)

les promene dans son sac devant

 

Madame pélican aimait beaucoup monsieur

Monsieur pélican aimait beaucoup madame

Madame pélican lui a fait les yeux doux

En lui lançant des regards en dessous

Mais monsieur pélican est un grand timide

Il n’ose pas, ce grand échalas

Il n’ose pas faire le premier pas

Mais madame pélican lui a pris la patte

Il devenu rouge comme une tomate 

 

Le tout premier petit est né en décembre

Il était aussi rouge qu’une guirlande

Et Le second est arrivé en février

Il sentait bon, sentait bon  le café

Et Quand le troi si eme

Est venu, le qua tri eme

Etait déjà déjà bien préparé

Pour arrivé au début de l’été 


 

Ca a continué comme ça toute une année

Y en avait partout, partout des bébés

Y eu Grégoire, Alphonse, Adhemard

Marie, Julie, Annie, Gaspard

Leon, lea, lisette, lison

Richard, robert gaston

il es peut etre temps maintenant

De de faire une pause, tu crois pas maman ? 


 

on peut les voir partout ds  le monde

De canada au ciel de Londres

De la baltique  au caracas

Chez les guerrieros du Chiapas

Ils se sont reposé sur l’atonium

On dansé au palladium

on a pu voir au musée du Louvre

la grande famille du pélican rouge 

 

mais il on croisé sur leur chemin

un chasseur un magicien

qui n’aimait pas les enfants

et encore moins les pelicans

et d’un coup de baguette magique

ne rier pas c’ets tragique

les emprisonna pour toujours

dans un boite a café rouge